Skip to main content

Histoire

You are here

Una imatge de la vida de Sant Bru, fundador de l'orde de la Cartoixa

La Chartreuse de Scala Dei est le berceau historique des vins et de la viticulture de l’Appellation d’Origine Qualifiée (DOQ) Priorat. Au XIIè siècle, les moines chartreux ont rapporté de la Provence les connaissances et les techniques pour développer une viticulture, qui s’est enraciné et a évolué au fil des siècles. Les domaines de la Chartreuse ont composé ce que l’on connaît aujourd’hui comme le Priorat historique, et qui correspond à la région vinicole de la DOQ Priorat.

 

Entrada a la cartoixa d'Scala Dei

L’histoire raconte que le roi Alphonse I le chaste envoya deux chevaliers au travers du pays pour trouver l’endroit idoine pour que l’ordre des chartreux, originaire de la Provence s’installe en Catalogne. Arrivés au pied du Montsant, les chevaliers furent aussitôt attirés par la beauté singulière de l’endroit et s’informèrent sur le lieu auprès d’un berger. Celui-ci leur expliqua un évènement surnaturel qui se produisait depuis longtemps au beau milieu de la vallée : sur le pin le plus élevé apparaissait une échelle d’où montaient et descendaient des anges.

Les chevaliers en informèrent le roi qui offrit cette contrée à l’ordre des religieux. Les chartreux, s’y établirent en 1194, et érigèrent l’autel du temple consacré à Sainte Marie à l’endroit même où se dressait l’arbre. Cette histoire donna son nom au monastère et a donné lieu à une iconographie très enracinée au territoire.1

 

Les chartreux de Scala Dei portaient un habit de laine blanche, avec une capuche qui couvrait leur tonsure. Ils cultivaient la vigne et élaboraient le vin à la Chartreuse, selon des règles de travail et de spiritualité. Le Priorat pourrait donc être un vin mystique2

1Anna Figueras.

2 Mauricio Wiesenthal.

 

Aujourd’hui, les ruines de la chartreuse sont entourées d’un halo de mystère qui attire les visiteurs. Sur ces ruines, différentes couches géologiques se superposent jusqu’au sommet de la montagne, en jouant avec une riche palette de couleurs, qui va du gris, de l’ocre et du jaune au marron et au rouge, en formant l’échelle mystique qui rejoint le bleu du ciel et le blanc des anges, cachés dans les nuages.

Depuis près de 1000 ans, de petits villages ont été construits sur les coteaux d’ardoise et ont peuplé les pieds de la montagne du  Montsant. Leurs habitants, des viticulteurs de longue tradition, aménagèrent le terrain en terrasses. Après l’instauration de la Loi de Mendizábal (1835), et grâce aux efforts et à l’essor de la vigne, les viticulteurs ont pu retrouver leur dignité. Ce profond changement a donné lieu à une culture extraordinaire, à l’origine du prestige de ce pays. À titre d’exemple, nous pouvons citer le chapitre intitulé « Comment planter la vigne à Scala Dei » du « Llibre dels Vassalls » écrit au XVIIe siècle, ou le texte anonyme « Manuel de viticulture de Porrera du XVIIIe siècle », qui apporte un véritable témoignage de la sagesse de l'homme qui vit en harmonie avec la nature et le savoir.

Malheureusement, les époques d’harmonie et de croissance sont cycliques et s’achèvent souvent en cataclysmes, et dans le cas de l’agriculture tous les vignobles européens ont connu un avant et un après le phylloxera. À l’instar des autres régions, ce fut une véritable catastrophe pour le Priorat, puisqu’à cette époque, l’essor de l’industrie textile emportait toute la main d’œuvre vers les villes et les pieds de vigne ne furent pas replantés, à l’exception de quelques parcelles, qui par chance existent encore aujourd’hui.

Or, c’est grâce à la génération d’agriculteurs aujourd’hui âgés de 70 à 80 ans, qui sont restés sur ces terres et ont perpétué la tradition agricole, que le Priorat possède aujourd’hui encore sa culture du vin.

Récemment, l’homme a pu a nouveau intervenir au sein d’un paysage préservé, complexe, riche et avec un magnifique potentiel. Ce fut donc à la fin des années 80 que commença un nouveau cycle de prospérité, conjugué à la sagesse, au paysage et à la tradition, avec un nouvel esprit d’entreprise qui visait essentiellement la récupération de la qualité et du prestige.

La réhabilitation de la vigne est lente, car l’action consiste à s’enraciner dans la mémoire du terroir. C’est un curieux mélange qui associe à la fois l’évolution d’une culture traditionnelle avec les vestiges agricoles du passé et une nature exubérante, avec une façon de travailler respectueuse et performante, qui protége la beauté de l’endroit.

La Chartreuse de Scala Dei a Google Street View.